Chevrolet Corvette

 

 


1953 : le tout premier modèle sort de l'usine Chevrolet de Flint (Michigan) suite à la réalisation d'une idée de Harley Earl (designer chez General Motors). Il s'agit d'un cabriolet 2 places blanc (la couleur est appelée "Polo White") à l'intérieur rouge et blanc. Le moteur est un 6 cylindres en ligne "Blue Flame" de 3860cc à carburateur triple corps porté à 150 chevaux.
1954 : pas de changements sauf pour la livrée qui est maintenant disponible en 3 autres couleurs : "Pennant Blue", "Sportsman Red", et "Black"
1955 : en option, un V8 de 4340cc est disponible. Il développe 195ch avec son carburateur quadruple corps.
1956 : le 6 en ligne disparaît au profit du V8 poussé à 210ch (carburateur quadruple corps) 225ch (2 carbu quadruple corps) ou 240ch (idem).
1957 : le V8 passe à 4640cc, se voit doté d'une injection en option et sa puissance varie de 220 jusqu'à 283ch.
1958 : restyling  général tout en restant sur la même ligne de caisse.
1959 : pas de changement notable, la puissance grimpe à 290ch.
1960 : augmentation de la puissance jusqu'à 315ch.
1962 : nouveau moteur qui voit passer ça cylindrée à 5360cc. Ce bloc est proposé en plusieurs versions allant de 275 à 315ch.


1963 : seconde génération de corvette, dite C2. La carrosserie est profondément modifiée pour prendre son air bien connu et cette version est appelée "Sting Ray" en raison de sa ressemblance avec la forme d'une sting raie (sorte de raie proche de la manta). Le coupé aborde une lunette arrière en deux partie. Au moteur de base de 250ch et 5360cc, on se voit proposer en option le L75 (300ch), le L76 (340ch) et le L84 (360ch).
1964 : la lunette arrière est maintenant monobloc, les fausses prises d'air de capot sont supprimées et celles des ailes sont redessinées. Mêmes motorisations si ce n'est que le L76 grimpe à 165ch et le L84 à 675ch.
1965 : les prises d'air sont maintenant fonctionnelles, que ce soit sur les ailes pour toutes les versions, ou sur le capot (la "power blister") pour la version big-block. Ont retrouve les même moteurs que l'année 64 plus deux petits nouveaux : le L79 (même cylindrée, 350ch) et le fameux big-block, le L78 (6490cc et 425ch).
1966 : au L75 de base (5460cc et 300ch) on peut préférer le L79 (5460cc et 360ch), le L30 (7011cc et 390ch) ou le L72 (7011cc et 425ch).
1967 : la "power blister" des big-block est remplacée par une large écope. Deux blocs moteurs : 5360cc (le L75 à 300ch, le L79 à 350ch, le L36 à 390ch et le L71 à 435ch) et 7011cc (le L89 à 435ch et le L88 à 560ch).


1968 : la génération C3 arrive avec un design entièrement remanié, notamment en ce qui concerne l'aérodynamisme : les ailes sont arrondies, le toit est mieux dessiné (apparition du T-Roof), la grosse lunette arrière disparaît au profit d'une plus petite encastrée dans un tunnel, les poignées de portes disparaissent au profit de poussoirs et l'arrière est entièrement refait. Pas changements côté moteurs.
1969 : le sigle "Stingray" réapparaît après un an d'absence, mais cette fois-ci en un seul mot. Il se trouve au-dessus des 4 ouies de l'aile avant. Gros changements dans les options moteurs, toujours sur deux bases. Les 5733cc : le ZQ3 de 300ch et le L46 de 350ch. Les 7011cc : le L36 de 390ch, le L68 de 400ch, le L71 de 435ch, le L88 de 560ch, L89 de 435ch et le ZL1 de 430ch.
1970 : les ouies latérales sont retouchées pour arborer une sorte de grille. Les blocs ZQ3 et L46 sont toujours présents. Ont lui adjoint le LT1 de 370ch et deux énormes blocs de 7440cc : le LS5 (390ch) et le le LS7 (465ch).
1971 : en raison de la baisse d'indice d'octane due aux mesures anti-pollution, les compressions moteur tombent de 10:25 et 11:25 à 8:5 et 9:0, il s'ensuit forcément une forte baisse de puissance. Dans la gamme 5733cc, on trouve le L48 à 270ch et le LT1 à 330ch. Pour les 7440cc, il y a le LS5 à 365ch et le LS6 à 425ch.
1972 : toujours pas de changement d'aspect depuis 1970. Côté motorisation, on retrouve le ZQ3 à 200ch, le LT1 à 255ch et le LS5 à 270ch. La perte de puissance est énorme : les purs-sangs sauvages des années mythiques "muscle cars" sont définitivement remplacés par des poneys lymphatiques !
1973 : nouveau capot à bosselage central, nouvelles ouies latérales, remplacement des barres avant chromées par un pare-chocs ton caisse. Le ZQ3 tombe à 190ch. Apparaissent deux nouveaux blocs : le LT82 (5733cc et 250ch) et le LS4 (7440cc et 250ch) toujours sous-exploités.
1974 : comme pour l'avant l'année précédente, c'est à l'arrière de recevoir un bumper peint ton caisse en lieu et place des barres chromées. On retrouve le ZQ3 à 195ch, le LS4 à 270ch et le L82 à 250ch.
1975 : toutes les Corvettes sont équipées de pots catalytiques, ce qui fait encore plus chuter la puissance. Le tachymètre est à double graduation mp/h (en gros) et km/h (en petit). Cette graduation est inversée pour le Canada. C'est la dernière année pour la C3 cabriolet. On ne retrouve que deux motorisations : le ZQ3 de 165ch et le L82 de 205ch : le big-block a définitivement disparu !
1976 : maintenant produite seulement en coupé, la Corvette n'est toujours plus dotée que de deux moteurs de 5733cc, le L48 de 180ch et le L82 de 210ch.
1977 : pas de changement d'aspect ni de motorisation. Côté appellation, l'insigne "Stingray" disparaît et est remplacé par une nouvelle édition de l'emblème Corvette à double drapeaux croisés.
1978 : 25ème anniversaire de la Corvette, première pace car. 1er restyling depuis 1968 : le toit est entièrement modifié et retour de la lunette arrière monobloc qui vient remplacer le tunnel. A l'occasion de cet anniversaire, on peut commander la version "Indy Package" (la copie du modèle retenu pour servir de pace car aux 500 miles d'Indianapolis) sous le nom de code "Z78". Cela inclut : une livrée noire en haut et grise en bas avec un liseré rouge en séparation, une série de sticker (optionnels) rappelant le pace car, un becquet arrière, le marquage en blanc des flancs de pneus, des roues en aluminium et toutes les options de l'époque. Côté moteurs, toujours les deux même qu'en 1976 : le L48 de 175 ou 180ch et le L82 de 220ch.
1979 : pas de changements, le moteur est toujours soit le L48 qui remonte péniblement à 195ch ou le L82 qui culmine à 225ch.
1980 : nouvelle cure d'amaigrissement grâce au changements de matériaux : la Corvette perd un peu plus de 110kg pour se placer autours des 1450kg. Au L48 (qui perd 5kg) et au L82 (qui les gagne) on ajoute le LG4 (même bloc, 180ch).
1981 : cette avant-dernière C3 n'est plus livrée qu'avec le L81 de 5733cc pour 190ch.
1982 : pas de version en boîte à vitesse manuelle cette année, on ne trouvera qu'une nouvelle boîte 4 auto. Le moteur est également nouveau et unique : le L83 (toujours la même cylindrée) qui monte à 200ch grâce à une toute nouvelle injection complète et électronique nommée "cross-fire" à double injection par cylindre.


1983 : aucune Corvette en cette année de transition, le millésime 84 ne sortira que dans le milieu de l'année.


1984 : 4ème génération de Corvette qui est entièrement redessinée et se voit dotée d'un toit amovible en une seule pièce (plus de T-bar) et d'une lunette arrière rabattable. C'est également l'apparition d'un tableau de bord quasi entièrement électronique. Le moteur L83 est repris et délivre 205ch sur ce nouveau coupé de 1400kg. La boîte manuelle est de nouveau disponible cette année.
1985 : Les chevaux reviennent doucement mais sûrement et le L98 délivre maintenant 230ch malgré une nouvelle injection, la TPI (Tuned-port injection) qui doit s'adapter aux normes de pollutions urbaines.
1986 : le retour du cabriolet, premier produit depuis 1975, mais avec un "toit" souple. Le mot "CORVETTE" est collé entre les feux arrières. Le moteur est le même. L'ABS est en standard sur la Corvette, première voiture américaine à en être dotée ! Pour la seconde fois, la Corvette (cabriolet) est choisie comme pace car d'Indianapolis 500 dans sa livrée jaune.
1987 : pas de changements cette année si ce n'est la puissance qui augmente de 10ch pour atteindre les 240ch. Apparition d'une option intéressante proposé par les entreprises Callaway : le bi-turbo, pour la modique somme de 19.995$ quand même ce qui fait presque doubler le prix du coupé qui est vendu à 27.999$ (le cabriolet coûte 33.172$).Cette option fait passer la Corvette à 350ch et lui permet d'abattre le 0 à 100km/h en 4.6s.
1988 : les roues sont redessinées et proposées en option en 17".
1989 : nouvelle boîte à vitesse manuelle à 6 rapports. Vers la fin de l'année, les cabriolets reçoivent en option un toit rigide en fibre de verre.
1990 : à côté de la version standard toujours équipée du L98, on voit la tant attendue (car annoncée depuis l'année précédente) ZR1 pointer le bout de son long capot. Il s'agit d'une version sur-gonflée et légèrement modifiée du coupé (uniquement) de base avec ses ailes arrière élargies, notamment pour y faire passer les gommards Goodyear Eagle GT en 315/35x17 (au lieu des 275/40x17 de l'avant et des modèles précédents), des rappels de feux arrières latéraux rectangulaires et une face arrière convexe. Le nouveau bloc LT5 tout en aluminium de la ZR-1 est produit par les usines Mercury Marine (Oklahoma) d'après les plans de Lotus. Il est toujours sur une base de 5733cc, mais délivre 375ch grâce à ses 32 soupapes, une nouveauté !
1991 : la version de base est restylée pour ressembler à la ZR-1 (rappels de feux arrières latéraux rectangulaires et face arrière convexe). La ZR-1 quant à elle, pour rester différenciable, voit ses portières légèrement retouchées en plus de son arrière train déjà élargit. Pour sa dernière année, l'option bi-turbo de Callaway pousse la Corvette à 450ch, lui fait atteindre les 100km/h en seulement 4.5s et la rend capable de filer à 298km/h !!
1992 : nouveau design pour le tableau de bord digital. Disparition du moteur de base, l'antique L98, au profit du LT1 qui fournit 300ch sur le même bloc de 5733cc. Le 2 juillet de cette année, la millionième Corvette sort de l'usine de Bowling Green (Kentucky). Il s'agit d'un cabriolet blanc à l'intérieur rouge, tout comme le premier modèle de Corvette en 1953. Elle trône au National Corvette Museum dans cette même ville.
1993 : 40ème anniversaire avec pour l'occasion un pack optionnel comprenant une livrée rouge "Ruby Red", le centre des roues peint de la même couleur et des insignes chromées. Apparition du système de transpondeur permettant d'ouvrir les portes à l'approche du conducteur et de les fermer dès qu'il s'éloigne. Le LT5 grimpe à 405ch.
1994 : rien de notable si ce n'est encore un nouveau tableau de bord cette année qui redevient essentiellement analogique.
1995 : modification des ouies latérales avant qui arborent une sorte de grille. Troisième fois pace car officiel d'Indy 500 pour la Corvette (cabriolet) qui arbore à cette occasion une couleur "Arctic White" partiellement recouverte par un "Dark Purple Metallic". Après 7 ans de bons et loyaux services, la version ZR-1 est dans sa dernière année.
1996 : afin de pallier à la disparition de la ZR-1, deux options sont proposées cette année là :
- la "Grand Sport" (censée commémorer ses prédécesseurs de 62/63) en livrée "Admiral Blue Metallic" fendue par une bande centrale blanche qui coupe toute la voiture en deux, deux hachures rouge sur l'aile gauche, des jantes noires à 5 branches et l'emblème Grand Sport au-dessus des ouies latérales. elle est fournie avec le LT4 de 330ch.
- et la "Collector Edition" pour marquer la fin de la 4ème génération des Corvettes. Elle arbore une couleur exclusive, "Sebring Silver", et des jantes grises à 5 branches ainsi que l'insigne de son nom au-dessus des ouies latérales.


1997 : pas de cabriolet pour la première année des C5 qui est entièrement redessinée pour l'occasion et apparaît beaucoup plus fluide que la C4 (Cx de 0.29). Le nouveau (et unique) V8 est beaucoup plus compact et bien qu'il soit encore classé comme un 5.7L, le LS1 ne fait que 5669cc (346ci) et délivre 345ch.
1998 : rien de nouveau sauf le retour de la version cabriolet.
1999 :  première version avec un toit fixe depuis 1967. Le LS1 devient LS6 (mêmes caractéristiques).
2000 : aucun changements
2001 : à la version de base, on peut préférer la Z06, une version "performance" qui au lieu du LS1 à 350ch se voit doter du LS6 gonflé à 385ch et associé à une boîte 6 manuelle.
2002 : le LS6 passe à 405ch. Une nouvelle couleur bleue assez spéciale arrive, le "Electron Blue Metallic".
2003 : 50ème anniversaire, la version pace car aborde une tenue bordeau avec un dessin "50" sur le capot.
2004 : pour la dernière édition de la C5, Chevrolet se devait bien de ressortir une "Commemorative Edition" de ses 3 modèles proposée en "Lemans Blue" avec des graphiques spécifiques.


2005 : profondes modifications esthétiques sur la même base pour cette 6ème génération : phares non escamotables (une première depuis 1962), large ouverture en forme de bouche à l'avant., ouies latérales rectangulaires, poignées de portes encastrées, nouvelles jantes à 5 branches bien plates, arrière beaucoup plus carré, bref des lignes très droites par rapport à la C5 toute en courbes. Le vieux bloc moteur introduit en 1968 disparaît et cède la place à un tout nouveau LS2 de 5965cc et de 400ch. Elle abat ainsi les 100km/h en 4.2s et brûle l'asphalte à la vitesse maximale de 300km/h !!!
2006 : cette version encore plus axée performances que la précédente voit le retour d'un 7011cc (mais en small-block cette fois), le LS7 qui développe 500ch et permet à la nouvelle Z06 (appelée comme celle de 1963, de 2001 et celle de 2002) d'atteindre le 0 à 100km/h en moins de 4s et de dépasser les 305km/h. Elle est équipée de monstrueuses roues en 275/35ZR18 à l'avant et 325/30ZR19 à l'arrière. De légères modifications esthétiques sont apportées, notamment une entrée d'air en bout de capot pour alimenter le moteur.